Publié par : Sarita | octobre 7, 2008

Séverine

L’amitié double les joies et réduit de moitié les peines

Francis Bacon

C’est Assas qui nous a réunit

C’est le droit, les amphis, la responsabilité contractuelle et les sessions de septembre qui ont vu grandir notre amitié.

C’est grace à l’ïle de la tentation que nous avons eu nos premiers fou rire commun.

C’est dans les bières et les cigarettes que nous avons trouvé tous nos points communs.

C’est dans le vin et dans le café que nous avons découvert tout ce qui nous différenciait.

Elle parle allemand quand elle pompette

Je parle espagnol quand je quitte la France.

Parce qu’elle n’a jamais oublié un de mes anniversaires et parce que je n’ai jamais été foutue de lui souhaiter à la bonne date.

Elle connait mes névroses, je connais ses faiblesses

Elle devine mes errances, nous connaissons nos secrets.

Nous avons arpenté tout Paris et plus…

Nous avons changé de QG mais nos discussions sont toujours là.

Parce qu’elle m’a emmener à Barcelone pour soigner un chagrin d’amour

Parce que j’ai tenté de lui donner des conseils mais que je suis plus douée pour la faire boire.

Parce qu’elle ne m’a jamais jugée

Parce qu’on se dit la vérité

Parce qu’on refait le monde et qu’on fait les langues de putes.

Parce que si j’ai des enfants, je lui confierai les yeux fermés

Parce que un jour en sortant de l’hôpital, c’est elle qui était là.

Parce que nous nous sommes connue jeunes écervelée et que le temps nous pousse vers l’âge adulte.

Parce qu’elle est là bas et que je suis ici

Parce qu’elle ici, près de moi.

Merci.

Publicités

Responses

  1. Ca semble être une bien belle amitié !! 🙂

  2. Moi je vis la même chose avec une tablette de chocolat. C’est normal ?

  3. Parce que à Séverine tu lui manques…et à nous tous qui sommes ici à attendre ton retour…. tu reviens hein dis?….

  4. Parce que tu nous manques en général.
    Parce que tu me manques en particulier.
    Parce que ton sourire ravageur me réchauffait le coeur.
    Parce que te prendre dans mes bras était une source de joie.

    Parce que tout ça, la pancarte que je brandirai à l’aéroport le jour de ton retour est déjà prête… Il ne manque plus que toi…

  5. Franchement les filles… je vais me mettre à pleurer comme une madeleine le jour de mon retour… et les suivant…

    et puis, chuis une sentimentale, j’avoue je vais être contente de revoir tout le monde.

    Bisous à tous
    Bisous à toi Amélie et à toi Thomas 😉

  6. le texte est magnifique.
    Précieux.

    Rentre !


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :