Publié par : Sarita | mai 17, 2008

De l’art délicat du surnom

sarita be brave

(merci Google Image pour cette merveilleuse trouvaille !!)

La plupart des bloggeurs ont un surnom, un nom de blog, un pseudo qui est une sorte de pare feu virtuel permettant de garder un certain anonymat.

Mais cela permet aussi de tracer une ligne fragile entre notre vie quotidienne et la réalité virtuelle que nous renvoyons. Oui certes, c’est une réalité, mais fortement tronquée et réécrite par nos soins.

Cependant comme tout pseudo, il représente une partie de ce que nous sommes: nous choisissons un surnom pour nous éloigner de nous, mais pas trop tout de même. Il est frappant de voir le nombre de bloggeur ayant choisi un surnom, un contraction qui reste en rapport avec ce que nous pensons être.

Je ne parle pas des blogs quasi pro dont les rédacteurs utilisent leur nom et prénom car ce sont aussi des vitrines et ils doivent être facilement identifiables.

Lorsque le blog est plus personnel, nous cherchons un pseudo en lien avec nous… Nathalie va devenir nath ou nathou, Thomas va devenir Tomtom… ou ce sera un surnom ressorti de notre passé, de notre famille, de nos amis, de nos habitudes. Quoi qu’il en soit il n’est jamais anodin, c’est une métaphore de nous même.

Nous voulons être différents mais sans nous perdre.

Cependant, à quel moment un surnom n’en est plus un?

Dans les rencontres de bloggeurs, il y a clairement une prévalence du surnom car lorsque vous lisez, vous communiquez avec une personne pendant parfois un sacré bout de temps, il est dur d’abandonner cette habitude et de prénommer la personne avec son nom de baptême, cela semble, à juste titre, incongru.

J’ai naturellement commencé à blogger avec Sarita en souvenir de mes jeunes années au Mexique. Sarita n’est pas à proprement parler un surnom, c’est le diminutif affectueux de Sarah.

Il est étrange de voir à quel point ce surnom a complètement pris le pas sur Sarah.

Ici, au Mexique, personne ne m’appelle Sarah. Il y a quelque jours, un ami français de passage en vacances, m’a rappelé à ma véritable identité. De l’entendre m’appeler Sarah avec un vrai R français, sans le son suave du roulement de R m’a fait un choc. Cela m’a donné une étrange impression de dédoublement.

Il n’y a plus gère que ma famille pour m’appeler comme cela, car même la plupart de mes amis ont pris le pli de m’appeler Sarita. Alors même qu’au début, je me suis présenté comme « Bonjour je m’appelles Sarah, je suis alcoolique« 

Ce n’est plus un surnom, un pseudo, c’est moi, juste moi.

Sarita au Mexique,

Sarita dans la vie

Où est donc mon part feu virtuel?

Il n’y en a plus guère, surtout que je montre ma gueule, mes fesses à tout va, à tout vent. J’ai conscience de beaucoup me dévoiler et surement de peu me protéger et ne rien épargner de mes pensées, mes doutes, mes états d’âmes. Mais en même temps, c’est un trait assez caractéristique de ma personnalité.

Comme me disait ma mère dans un de ses mails, » il aura fallut attendre que je lise ton blog pour découvrir beaucoup de choses sur toi que je ne soupçonnais pas ».

Il est indéniable que les gens qui lisent mon blog ont une réelle plus value de leur connaissance et leur perception de mon « vrai moi ».

Mon blog me ressemble bien et j’aime cela.

Publicités

Responses

  1. j’ai rien d’intelligent à dire, mais juste un gros bisou pour te dire que je pense à toi là bas 😉

  2. Et moi, que je suis bien d’accord avec toi.
    Bien sûr personne ne m’appelle « Je Rêve » dans la vraie vie, ça ne m’empêche pas de sursauter à chaque fois que quelqu’un dit « Je rêêêve ! » un peu fort. Avec l’impression très bizarre d’avoir été démasquée. Mais démasquée de quoi… ça m’interroge !!?!
    Bisous ma jolie.

  3. La question est : comment aimes-tu que l’on t’appelle ?
    Tu te dévoiles, c’est sûr. Mais c’est un choix. Il n’y a pas de ton impersonnel sur ton blog et je trouve ça bien. Et comme u dis qu’il te ressemble, c’est que tu es nécessairement qq’un de très bien ! (et fréquentable bien qu’alcoolique 😉 )
    Je suis sûr que si mes parents lisaient mon blog (dans l’immédiat ils ne le connaissent pas), ils réagiraient comme les tiens et en apprendraient beaucoup sur moi !

  4. Et quand on utilise son vrai prénom ? Ca veut dire qu’on pense qu’il nous représente ? Ou qu’on n’a pas de personnalité ? Ou qu’on est flémard(e) ?

  5. c’est vrai, tout est vrai, encore une fois tu as raison.
    Biz

  6. Effectivement, moi je t’ai connu Sarah et maintenant tu es Sarita…et j’aime t’appeler comma ça…ça permet aussi de raccourcir ce lien qui nous unis…enfin plus maintenant vu que tout le web t’appelle comme ça!!!

  7. intéressante réflexion… et à mon sens tu vois assez juste…
    Le blog est quand même un monde étrange… intéressant mais étrange, une fenêtre, une réflexion, ce qu’on veut ce qu’on voit… mais à mon sens (ou plutot dans mon cas) une séparation avec le réel est nécessaire.
    Je teste depuis quelques semaines moins d’anonymat et je ne suis pas sûr d’avoir dans le bon. Enfin quand je vois ce que tu fais je me rassure. 😉

  8. Mme Mortemont et l’ensemble de son personnel sont d’accord.

  9. @Babycakes: gros bisous à toi aussi :p

    @Je rêve: démasquée… :), c’est une peu notre vie secrète, tu es notre « je rêve » de la blogo

    @ Thomas: en fait, j’aime les deux… même si Sarita me convient plus ici. Alors quand fait tu ton comming out bloggest avec tes parents 🙂

    @Claire: lol que tu n’as rien a caché? 🙂

    @LIli: merci ma plus fervente supportrice.

    @SOf: mais ce sera toujours notre lien 🙂

    @Tonio: hoho tant mieux si cela te rassure, mais abandonner l’anonymat est parfois bon. En tout cas la séparation entre le réel et cette fenêtre est necessaire, comme pour tout dans la vie. Il faut parfois mettre des cloisons, sinon la maison s’écroule non?

    @Madame Mortemont: tu as du personnel maintenant ??

  10. @sarita : hmmm… je sais pas ! j’y ai pas encore réfléchi ! 😉

  11. tres bon billet ! et si mon commentaire apparait pas, je pique une crise ! lol!
    (j’ai essayé de commenter à plusieurs reprises sans succès)


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :