Publié par : Sarita | février 12, 2008

Les nouveaux hippies


Ce weekend, ce fut escapade pour San Cristóbal de las Casas, point de passage obligé lorsque l’on visite les Chiapas. J’y suis allée en compagnie de deux joyeux lurons: Cécilia (une autre volontaire, de Suède) et Héctor (bénévole de Siijuve).

Nous avons passé un excellent weekend,
on a bu :-))

et on s’est bien amusé

(par exemple, ci-dessous je pose avec la poupée de la célébrité chapaneca: j’ai nommé, le Sous -Commandant Marco)

Cependant, après trois semaines passées à Tuxtla où il n’y absolument aucun touriste, en arrivant à San Cristóbal, j’ai un peu l’impression de revenir à la civilisation moderne dans ce qu’elle a de pire.


En quittant ma ville laborieuse et moderne pour une ville touristique et pleine de culture locale, je n’ai au final pas du tout l’impression d’être dans le vrai.

Ici tout est fait, tout est créé pour les touristes, des touristes aux cheveux longs et/ou dreads, habillés « local » avec pantalons de toile colorée et châles de laines, des jeunes couples d’européens sombrant rapidement dans la caricature du « retour aux vraie valeurs » – le genre, on touche à l’essentiel-Ils se sentent vivants car ils se frottent à une certaine forme de pauvreté mêlée de couleur locale qui les enchantent…


Tout cela soupoudré du trip transgressif de ces nouveaux hippies que l’on retrouve à n’importe quelles heures du jour ou de la nuit, les yeux dans les vapeurs de la dernière drogue essayée.


Vous l’aurez bien compris, ces prétendus européens amoureux de la culture mexicaine sont la pire race de touriste, car ils ne veulent pas assumer le fait qu’ils SONT des touristes.
Ils veulent voir l’essentiel, mais ce sont eux qui ont les pire préjugés en croyant, grâce à leur leur look et à leur espagnol, faire la nique à l’administration Bush et aux américains.

San Cristobal est une belle ville, qui a bien réussi sa reconversion touristique, après avoir été un des point « chaud » de la guerilla zapatiste.

Mais finalement, je préfère ma ville laborieuse et laide. Certe, Tuxtla n’a pas de beaux édifices mais elle n’a pas ce défaut des villes purement touristiques:

Les villes touristiques sont vides, plus personne n’y vit, tout a été transformé pour que dorme, mange, rêve le touriste. L’habitant local ne travaille plus pour lui, il est en représentation constante, il est devenue un pantin, un esclave moderne…

Esclave moderne des nouveaux hippies
Mais j’ai pris de belles photos, alors ne boudons pas notre plaisir 🙂
Publicités

Responses

  1. Bien vu :-))
    Et encore, les habitants de villes touristiques se laissent plus volontiers photographier que les capitalinos, qui n’aiment pas ça du tout.

    PS: merci pour le lien! Je te rendrai la pareille.

  2. ça doit encore plus t’agacer vu que tu es quasiment une « locale » maintenant et surtout vu ton attachement de coeur à ce pays…..

  3. Très jolies photos, de bien belles couleurs

  4. huhu… je me suis toujours dit que les dread c’etait pas une bonne idée:)!

  5. Je me demande si les mexicains ont honte pour ces touristes, s’ils les font rire, s’ils les ignorent, s’ils se mettent en colère, s’il y a une totale incompréhension.

    ça doit être assez bizarre…

  6. C’est sûr que parfois les touristes pensent faire partie du pays en s’habillant couleur locale et en essayant de parler la langue, c’est ridicule… Mais quand même, ces touristes imbuvables, ils sont bien utiles à l’économie du pays non ? C’est grâce à eux que de nombreux artisans peuvent vivre… Alors ils n’ont peut-être pas que des bons côtés mais ces relations mexicains/touristes sont finalement une sorte de compromis, « je joue l’artisan typique pour que tu fasses ton retour aux sources »/ »je fais marcher ton commerce pour acheter un peu d’authenticité »…

  7. J’ai toujours eu du mal avec le « tourisme », je déteste « visiter » les choses, être celle qui passe en regardant, l’impresson d’être une voyeuse profiteuse totalement pas à sa place.
    Du coup, ton billet fait avancer ma réflexion… je m’y retrouve !
    Bises à toi ma belle.

    (et cholies, tes photos)

  8. @Gryphon: quoi que… pour faire les photos, je du déployé des trésors d’imagination « genre je photographie autre chose »… j’avoue ne pas trop oser photographier directement les gens, peur qu’il le prennent mal :-))

    @Fressine: j’avoue franchement il m’horripile, je leur foutrait des claque moaaa !!

    @Boo: merci beaucoup 🙂

    @Luria: hooo que oui! en plus les dreads ça cause plein de bouton avec des saloperies qui reste dedant ! :p

    @Hi: les mexicains détestent ces touristes là… car ils donnent une image désastreuse du pays. C’est comme pour les américains qui viennent se saouler et de se défoncer pendant une semaine à cancun!! POurtant dieu sait que ls mexicains sont amicaux et ont plaisir à parler avec les étrangers !!

    @Oculus Manus: C’est sur qu’il y a un compromis, surtout pour des villes comme San cristobal où il n’y a aucune économie… mais il faut juste assumer son statut de touriste et et en avoir conscience c’est être bine plus respectueux du pays.

    @Je rêve: c’est sur qu’il y a un coté profit. Mais le fait d’être un touriste n’est pas du tout mal en sois, c’est juste d’être un touriste qui se permet des choses dans les pays étranger qu’il ne ferait pas chez lui :))
    et gros bisous à toi aussi

  9. Bonjour Sarita. Merci d’avoir signé la pétition et de faire passer le message!

    Je découvre ton blog, et je trouve très juste l’analyse que tu fais des touristes qui ne s’assument pas comme tels. Un jour, un Chilien m’a dit: « vous les Français, vous aimez voir la pauvreté, ça vous fait sentir bien ». J’ai trouvé ça criant de vérité!

  10. Flute de zut…. je me suis aussi moi meme un peu absentée du web et ou te retrouve je ?
    Un enorme merci, je viens de passer un bon moment a recuperer mon retard, et c’est une bien belle aventure de vie dans laquelle tu es partie… et en fait je sais un peu de quoi je cause.
    Allez je me devoile, tu m’as connu dans ton autre vie, sur ton autre blog avec ma tete de Mondemo, mon pti defouloir web… en fait, ca aussi c’est moi 🙂
    ¡Hasta luegito muchacha !

  11. Ah oui je suis d’accord quand on est touriste faut l’assumer sinon ça devient n’importe quoi ! C’est comme les parisiens qui mettent un ciré jaune en Bretagne pour faire comme les autochtones… alors que personne ne met de ciré jaune là-bas !

  12. Oh ca va on dirait 😀

    tiens mon futur endroit de défoulement 😀

    http://raikaland.canalblog.com/archives/2008/02/05/7936451.html#c12582868

  13. Réflexion intéressante. Mais je suis assez d’accord avec oculus et manus… les touristes font aussi fonctionner l’économie.
    Je suis aussi assez d’accord avec ta réponse, il faut accepter le fait d’être un touriste… oui mais… Un fois au Mali, un amis voulais absolument que je porte un boubou, et je lui répondu que je ne voulais pas, que j’étais un toutou…
    il s’est à moitié vexé et m’a répondu que eux quand ils allaient en France ils devaient mettre des costards, même si ce n’était pas du tout leur coutume.

    je suis resté comme un con et très pensif… La question me semble plus compliquée que ça.

  14. //Atom: de rien pour la petition, je fais ce que je peux, c’est a dire pas grand chose 🙂 et c’est tellement la phrase de ton chilien… en afriaue on appelle ca le sanglot de l’homme blanc car il y a en plus la culpabilisation 🙂

    //Oculus et Manus: tout a fait !!! c’est possible d’etre respectueux du pays et en meme temps ne pas renier le fait qu’onest la pour decouvrir de belle chose… et faire marcher l’economie, mais pas la peine de sombrer dans la caricature !!

    //raikanero le retour 🙂

    //Tonio: et oui tout est une question d’equilibre, accepter de payer le prix car on fait marcher l’economie et s’adapter sans paraitre desobligeant. Mais je pense que le veritable desir d’aller vers l’autre aide bcp… et ne pas rester comme ces touristes hippies, dans l’apparence et le prejuge !!!

  15. //Sol: quel plaisir de te revoir ma belle :))
    gros bisous

  16. […] les nonnes, ce samedi, c’était jeu de piste entre Tuxtla et San Cristobal. Souvenez-vous comment je vous parlais de San Cris, il y a quelques mois. Cependant, il faut avouer que pour le fête, il n’y a tout de même […]


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :