Publié par : Sarita | février 4, 2008

Anatomie de l’invisible

Mirò, La danseuse (1925)
Partir comme volontaire c’est avant tout chose abandonner son statut de touriste.Au premier abord, cela semble être ce à quoi tout le monde aspire. Ne pas être considéré comme un touriste dans un pays étranger, c’est le désir de la plupart des gens qui tentent de passer un certain temps dans un pays. Rien ne fait plus plaisir que lorsque l’on commence à se fondre dans le paysage, à devenir partie du décor, d’une ville, d’une rue…

Lorsqu’on est enfin apprivoisé par notre environnement… l’abandon du touriste qui est en nous ne peut passer que par une seule chose, la routine. Cette routine si souvent synonyme d’ennui, de paresse, de petitesse, de médiocrité. En effet, traditionnellement, ceux qui combatte la routine sont les vainqueurs, les glorieux guerriers du quotidien, les nouveaux aventuriers qui pourfendent nos mesquines et rassurantes habitudes.

Mais en terre étrangère, l’adaptation passe par la création d’une routine: un travail, les transports, les repas, les lieux familiers… Cette routine est notre protection, c’est une ouate qui nous isole des coups durs et des petits désagréments.
Le touriste aspire au changement constant de décors, d’odeurs, de saveurs, de gens… il en veut toujours plus. C’est un chien en chasse du meilleur point de vue, du plus beau belvédère.
Celui qui reste veut un même décor, des gens de confiance, veut pouvoir se repérer dans son espace, veut faire son trou.
Celui qui reste veut être libre de ses mouvements et de son temps… pouvoir ne pas sortir, ni s’arrêter devant le lieu touristique.
Celui qui reste n’a pas de sac à dos, il a un téléphone portable du pays.
Celui qui reste peut arpenter la route poussiéreuse et voir les camions colorés avec indifférence.

Mais c’est alors que celui qui reste veut parfois redevenir touriste, redevenir celui qui a toujours le regard sur la prochaine destination, celui qui a toujours un billet de train, de bus, d’avion dans la poche.
Celui qui reste aimerait bien parfois être celui qui va découvrir un nouveau soleil, un nouvel horizon, un nouveau lit et des nouveaux sourire.

En tant que volontaire, je suis celui qui reste.
Depuis deux semaines, je construis ma routine à Tuxtla, je creuse ma route dans la chaleur des bus et dans les méandres bureaucratiques: mon projet, mon compte en banque, mon visa de travail…

Pourtant, comment ne pas vouloir aussi être celui qui part, le touriste sur la route. Non je ne suis pas en vacances ici, j’ai des contraintes d’engagement, je n’ai « que » 4 semaines de vacances à prendre d’ici décembre…

Je ne verrais donc pas le carnaval de Véracruz qui commence aujourd’hui,
je ne verrais sûrement pas toutes les plus belles plages du Mexique,
je n’irais probablement pas jusqu’à la frontière américaine.
pourtant….
dans ma ville de 900 000 habitants,
dans l’hôpital où je vais travailler,j’aurais la frustration de perdre la beauté d’un voyage,
j’aurais le bonheur de connaître l’invisible,
l’invisible qui ne se découvre que si l’on est celui qui reste.
Publicités

Responses

  1. Très beau texte, très belle illustration, tu as effectivement touché à l’invisible. Bravo!

  2. L’art de dire tout et son contraire…ce n’est que vérité!Profite ma belle…de chaque centimètre carré de ta nouvelle ville qui est pour nous une destination touristique..!

  3. ah !! j’aime bien ce texte !!! c’est quasi philosophique !! je vois que tout se passe à merveille et ..qu’un nouveau blog vient d’ouvrir !!! bravo !

  4. Bah !
    « Et c’est reparti pour un tour ! »

    … oui c’est un com qui n’a aucun sens ! Et alors ?! ^^

  5. //Jean luc: merci beaucoup ^^

    //Sof: 🙂 tu comprends tout toi!

    //JP: contente de te revoir par ici et merci!

    //Mon petit charly chéri… quel plaisir de te voir revenir d’entre les mort blogsphérique…
    🙂

  6. Vuep. t’as bien raison.
    regarde, moi, j’ai arrêté de faire ma touriste à Paris, et de m’y arrêter. Et ben je n’ai pas le temps de visiter. Tu te rends compte un peu comme c’est dur?
    Et quand j’ai des potes qui viennent de Marseille, et qui me demandent ou aller, je leur dit…
    Heu…La tour eiffel?
    ça me donne envie de rester encore plus loin tout ça…Jte jure, je crois que dans un an, je vais m’expatrier moi aussi. Pi etre en Australie qui sait. Ah et au fait, je n’ai toujours pas fait l’amour hein. Donc pendant tout le mois de janvier 2008, j’ai pu m’élever spirituellement.
    Même pas en plus.
    Bou.
    Je vais m’acheter un doudou qui se chauffe au micro onde.
    Je sais pas pourquoi j’écris ma life. Ta soeur m’insulte sur facebook, je vais la défoncer.
    Bisous ma belle, a bientôt sur la blogosphère.


Catégories

%d blogueurs aiment cette page :